bienvenue

Partagez | 
 

 Shoplifter - PV Sasha Clarckson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
■ Messages : 19
MessageSujet: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Lun 27 Avr - 15:48



Une journée agaçante et ennuyante commençait. Du moins, c'est ce qu'avait pensé Jasper en ce levant ce matin... Il faillait dire que ce jeune homme n'était pas quelqu'un de matinal. Enfin, disons plutôt qu'il disait cela quand ça l'arrangeait car, dans le fond, l'infirmier était une personne qui n'appréciait pas forcément dormir trop longtemps, considérant cette tâche comme une perte de temps. Et pourtant, ayant fait des études, il savait que le sommeil était une chose importante, notamment pour permettre au cerveau de faire le tri. Sauf qu'aujourd'hui était un jour particulier : il travaillait. C'est donc en râlant qu'il se dirigeait vers l'infirmerie de l'école. Pourquoi avoir fait ces études dans ce cas ? Bien au contraire, son métier le passionnait -sauf quand il devait traiter de la "bobologie". En réalité, c'était surtout parce qu'il s'agissait du jour de repos de sa collègue et donc, il se retrouvait seul pour la journée. Il allait donc voir déferler tout un tas d'élèves, simulant une maladie dans l'espoir de griller quelques heures de cours. Mais Jasper n'était pas dupe. Et ce dernier tirait un certain avantage en effrayant ses patients, leur révélant parfois qu'ils étaient atteint d'une pathologie grave et incurable afin de les enfoncer encore plus dans leur mensonge tout en les inquiétant réellement. Au moins, l'infirmier sadique était sûr de ne pas les revoir ceux-là.

_ Haaaa... soupirait-il d'un air las dans les couloirs.

Marchant doucement, il s'étirait les bras pour ensuite bailler longuement. C'était une heure assez matinale mais des élèves étaient déjà présents dans les couloirs, attendant que les cours commencent. Dans le fond, Jasper était bien content de ne plus être à l'école. Selon lui, il avait déjà bien assez donné, surtout dans sa formation. Mais au moins, il n'avait pas à se plaindre. Il avait un métier et il était rémunéré. enfin à destination, le jeune homme poussait la porte de l'infirmerie après avoir déverrouillé cette dernière.  Tout était bien en place, comme d'habitude. A sa droite se tenait une grande armoire, se fermant à l'aide de portes coulissantes. Dedans se trouvait tout un tas de traitement plus ou moins utiles ainsi que des produits nécessaires à la réalisation d'un pansement. Tout en haut, posé juste au dessus de cette armoire, il y avait même des attelles. Oui, l'école était plutôt bien équipé. Faisant quelques pas à l'intérieur de la pièce, Jasper dépassait cette armoire fermée afin de se diriger vers l'ordinateur. Celui ci était posé sur un bureau, qui lui-même était collé contre le mur, dans l'enfoncement à gauche. Là au moins, il pouvait tranquillement consulter une page Internet ou faire une  partie de solitaire sans que personne s'en aperçoive, ayant largement le temps de fermer la fenêtre ou l'onglet pour faire comme s'il était en train de travailler. Pas très sérieux, n'est-ce pas ? A côté de l'ordinateur, il y avait une autre armoire, plus ancienne et possédant des portes classiques. C'était ici que se trouvait tous les dossiers des personnes étant dans l'établissement, des élèves au employés tels que les professeurs ou la cuisinière. Jasper priait pour qu'un logiciel soit rapidement mis en place. Il préférait taper sur le clavier plutôt qu'écrire.

_ Bon, je vais déjà classer ceci.

Il tirait le tiroir de son bureau et commençait à ranger quelque feuille, ayant au préalable appuyé sur le bouton marche de son ordinateur. Juste derrière lui, il y avait une sorte de couloir qui donnait accès à trois autres pièces fermées. Les élèves vraiment malades se pouvait se retrouver dans deux de ces trois pièces, aménagées pour qu'ils puissent se reposer mais aussi pour que les infirmiers puissent les surveiller. La dernière salle était tout simplement  la salle d'examen, comme on peut en trouver chez les médecins.

Concentré -pour une fois- Jasper ne faisait vraiment pas attention aux alentours. Il n'entendait aucun bruit particulier jusqu'à ce frottement habituel que l'on pouvait entendre lorsqu'il ouvrait les portes coulissantes de l'armoire. D'un mouvement brusque, il se redressait, basculant légèrement en arrière car l'enfoncement ne lui permettait pas de voir en tournant simplement la tête. Il y avait quelqu'un, une jeune fille, qui fouillait tranquillement dans l'armoire à pharmacie, ne se doutant même pas qu'elle était observée. Jasper posait alors doucement ses documents sur le bureau, sans même la quitter du regard. Se décalant un peu, il prenait une grande inspiration et toussotait afin de signaler sa présence.

_ Les médicaments... Un classique pour une tentative de suicide. Y a mieux pourtant.

L'infirmier avait alors réussi à attirer l'attention, faisant sursauter l'inconnue qui faisait tomber une boite par terre. Jasper arquait alors un sourcil, l'air perplexe. Bien entendu, il la taquinait. Elle devait simplement chercher quelque chose pour une migraine ou alors une gastro. Il s'approchait finalement de la jeune fille qui ne bougeait même plus, comme tétanisée. Se penchant en avant, il ramassait la boite et la remettait à sa place. Proche d'elle, son regard devenait plus dur, comme s'il retrouvait un sérieux qui ne lui était pas habituel. Et pourtant, Jasper ne rigolait quand il s'agissait de pharmacologie. Il détestait l'automédication.

_ Les médicaments ne sont pas anodins. Sais-tu au moins quoi chercher, idiote ?


Dernière édition par Jasper Thompson le Jeu 7 Mai - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 72
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Lun 27 Avr - 22:39

Bon dieu que j'ai toujours le chic de me mettre dans des situations pas possible. Et ce jour là, j'avais fait vraiment fort. A l'heure où je vous parle, je ne sais pas si j'aurais fait la même chose .... Mais je pense que oui. Mais revenons à nous wouatwouats. En ce matin, j'avais mal, terriblement mal à mon épaule. Et pour cause, la veille, lorsqu'un de mes entrainements d'acrobatie, j'avais mal pris mon appuis et de ce fait, ma main avait glissé et je ne vous raconte pas la chute. A vrai dire, je n'avais pas compris grand chose de ce qu'il s'était passer. par contre, l'atterrissage sur mon épaule, je l'avais bien senti. Certes j'aurais pu très bien aller à l'infirmerie juste après ma chute. Mais voyez-vous, je suis têtue et quand je me fais mal, je me soigne uniquement que lorsque cela me fait très mal, ou alors lorsque la douleur ne cesse pas alors qu'elle devrait. Ainsi donc, je n'avais rien fait de plus à mon épaule, mis à part la masser, avant de me coucher.
Le lendemain matin, je vous le donne dans le mille. j'avais mal, très mal, si bien qu'un simplement haussement d'épaule me faisait souffrir le martyr. Là, je n'avais plus le choix, il fallait que j'aille faire un tour à l'infirmerie. Pour me faire ausculter l'épaule ? Bin voyons ! Moi voir un médecin, ce serait une première. Je n'en avais jamais vu jusqu'ici et ce n'était pas maintenant que j'irais en voir un. Non, là-bas, je voulais juste trouver des anti-douleur et anti-inflammatoire et pourquoi pas aussi des décontractants musculaires. En gros, un bon petit cocktail pour ne plus avoir mal. Mais avant toute chose, il me fallait mon café!

Bref passage à la table de ma maison où je pris peine à lever ma tasse de café jusqu'à mes lèvres ainsi que ma tartine que j'engloutis au plus vite et me voila parti pour l'infirmerie. Où se trouvait-elle ? A vrai dire, je ne savais pas trop. Jamais je ne m'étais encore aventurer dans cet endroit, ce qui est tout de même étonnant venant de ma part. Pourquoi ? Car j'aime avoir de quoi me soigner moi même sans avoir à passer par quelqu'un. Je n'aime pas dépendre des autres. J'aurais dû faire mes courses avant, en prévision de ce genre de trucs stupides.
Parcourant les couloirs, je remarquais qu'il y avait pas mal de monde. Les cours allaient donc bientôt commencer. Est-ce que cela voudrait dire que je devais me presser ? Certainement, mais pas pour être à l'heure. Loin de là, surtout pour éviter l'infirmière. Je ne voulais pas la voir et puis se je tombais sur elle, comment voulez-vous que je lui explique qu'au final je voulais rester avec mon épaule en écharpe ? C'était tout simplement impossible.

Je longeais les couloirs à la recherche de cette foutue infirmerie, puis enfin, par miracle, je tombai dessus, tel la porte éclairée par un rayon de soleil matinal. C'était beau ... Mais je n'étais pas là pour admirer cette porte. J'avais d'autre miaouss à fouetter. Tout en douceur, j'ouvris cette fameuse porte. Je jetai un coup d'oeil ... Personne, c'était ma chance. J'entrai ainsi dans la pièce et regardai autour de moi. La salle n'avait rien d'exceptionnelle à vrai dire, un bureau, des sièges d'attentes et surtout des placards. Ha ! Voila ce qui m'intéressait. Maintenant le tout était de savoir dans laquelle je trouverais les médocs. Par pur réflexe, je commençai par la première venue, celle qui faisait moins grand-mère. Et ... Et ... Bingo ! Il y avait tout ce qu'il fallait. Si j'avais su, j'aurais pris mon sac pour prendre un peu de tout. Mais bon tant pis.
Je me mis donc à fouiller, à regarder chaque flacon et chaque boîte. je trouvai les anti-douleurs très rapidement mais pour le reste, cela a été compliqué. D'ailleurs, j'étais tellement dans ma recherche que je faisais attention à rien, pas même à l'homme à la blouse blanche, si bien que lorsqu'il parla je fis un bond qui me fit lâcher la boîte de médicaments tout en me provoquant une nouvelle douleur dans l'épaule.

    -Mais vous-êtes malades ! Vous voulez ma mort ?

Oui je sais, on ne parle pas comme ça aux gens. Mais voyez-vous, j'étais sur le coup de l'émotion si bien que j'en avais le souffle coupé.
Doucement, je repris ma respiration, mettant ma main gauche au niveau de ma poitrine. Comme si cela allait m'aider à me calmer. Mais en tout cas je pouvais bien sentir mon coeur battre la chamade. Je pris une longue respiration puis une deuxième et enfin une troisième avant de regarder plus clairement l'inconnu. Grand, blond, les yeux persans, mignon, qui à l'air bien foutu ... Bref, un beau mec quoi. Faut dire les choses comme elles sont. Mais bon, c'était pas vraiment là-dessus que je m'arrêtais tout d'abord, mais plutôt sur le fait qu'il me faisait la moral, ce qui était tout à fait normal. Bien sûr, je n'étais pas très contente, sauf que ce n'était pas contre lui que j'en voulais, mais contre moi même. je n'avais géré.

    -Oui merci je sais tout ça autrement je ne me permettrais pas de fouiller comme ça. Enfin bref ... Je suis pas contre une boîte d'anti-inflammatoire pour calmer mon épaule, si vous en avez bien sûr.

Voila que ça commençait mal entre lui et moi. Mais cela aurait été difficilement l'inverse vu la situation. Tout de même, je faisais en sorte de rester calme. Il serait stupide de ma part de m'emporter, surtout que c'était qui était en tord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 19
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Jeu 7 Mai - 22:21


Jasper souriait intérieurement en voyant la demoiselle qui ne savait pas comment réagir. Mais cette satisfaction disparaissait rapidement lorsque cette dernière répondait sans gêne à l’infirmier qui était en train de lui faire la morale. Sa mort ? Mmh… Il y avait d’autres moyens pour tuer quelqu’un, et des moyens bien plus efficaces. Cette réplique n’avait vraiment pas sa place ce qui ne faisait qu’entrainer l’énervement du jeune homme. Replaçant sa boite de médicament, il s’intéressait de nouveau à son interlocutrice qui se concentrer pour remettre ses émotions en place. Une stressée apparemment, vu sa technique d’apaisement. Et voilà qu’elle observait maintenant le blondinet pendant un long moment, ce qui avait de quoi mettre mal à l’aise n’importe qui. Pas pour Jasper voyez-vous. Bien au contraire, tant que l’on pose ses yeux sur lui, c’est que tout va bien et qu’il attire le regard. Oui, un gros égocentrique mais les filles lui plaisent et aime savoir que cela peut-être réciproque –tant qu’elles ne soient pas trop idiote comme l’avait déjà démontré celle-là. Mais très vite, la première opinion de l’infirmier changeait : douleur, anti-inflammatoire ? Pas si bête finalement, se disait-il.

_ Oh… Il suffisait de me le demander, tout simplement. Répliquait-il en haussant les épaules.

Là, elle l’avait scotché. Et il ne paraissait plus trop crédible puisqu’elle avait pu répondre à sa question. Mais malin comme il l’était, Jasper comptait quand même tirer cette situation à son avantage. Il se déplaçait alors, passant simplement à côté d’elle sans même ajouter quelque chose. Son regard croisait le sien au moment où il la dépassait, un sourire au coin des lèvres. Un sourire qui pourrait être traduit par la conscience d’autrui par un petit mot : « COURS ! » Il refermait la porte, lentement et faisait demi-tour.

_ Bien entendu que j’en ai. Si tu veux bien me suivre…

Jasper faisait entrer davantage l’élève dans l’infirmerie et la conviait à s’installer dans la salle d’examen. Avant de quitter cette pièce, il se tournait vers elle et lui quémandait des premiers renseignements ainsi que qu’une consigne.

_ Bon, installes-toi là, et retires ton haut. Lui expliquait-il en indiquant la chaise. Ton prénom ? questionnait-il alors qu’il s’apprêtait à quitter la pièce pour prendre son dossier attitré, là où il pourrait trouver des informations utiles la concernant. En revenant, dans le couloir, il posait de nouveau une question, assez fort pour qu'elle l'entende. Les douleurs sont présentes depuis longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 72
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Jeu 7 Mai - 23:08

Pourquoi avais-je une drôle de sensation en le regardant ? Je ne savais même pas quel mot mettre sur ce que je ressentais. C'était comme si mon instinct me disait de fuir. Mais en même temps, mon corps ne voulait pas bouger d'un pouce. je restais tout simplement fixe, ne détachant pas mon regard d'ébène du blondinet à blouse blanche. Il me prit le boîte d'anti-douleur et cela, je m'en rendis compte que bien trop tard. A croire que j'étais dans la lune. Je fis à peine attention lorsqu'il ferma la porte de l'infirmerie. C'est seulement lorsqu'elle claqua légèrement que je fis attention. Et que fut ma réaction ? Et bien, je ne fis rien, je regardai simplement cette porte close qui ne m'inspirait de moins bonnes choses pour moi. Bon dieu, et dire que j'étais venue ici que dans le but de trouver de quoi soulager mon épaule rien de plus. Sauf que maintenant, j'avais l'impression d'être un petit rattata pris au piège face à un chacripan.

    -De demander ... Désolé, j'ai juste pas vraiment l'habitude de demander ce genre de chose.

Ce qui était bien vrai. j'ai toujours était du style, souffre en silence, sourit quoi qu'il arrive et quant tu as vraiment mal, débrouille toi par tes propres moyens. Bon, je vous avoue que ce n'est pas la meilleurs des stratégie, mais que voulez-vous, j'ai été habituée ainsi, et cela, depuis toute petite. Alors pourquoi changer maintenant ?
Je ne quittais toujours pas se regard des yeux. Et son sourire ... Je ne savais comment le qualifier. Mais il me faisait vraiment de plus en plus penser que j'étais maintenant sa proie. Voir même peut-être son jouet. Enfin, là dessus je ne pouvais me prononcer. Après tout, peut-être faisait-il cela pour m'intimider. Si c'était le cas, on pouvait dire qu'il avait réussi son coup. Alors qu'est-ce que je devais faire celons vous ? Bien sûre, j'aurais peut-être du prendre mes jambes à mon cou. Mais non, mon corps en décida autrement et avant que je ne m'en rende compte, il avait réussir à me faire faire aller dans cette fameuse salle dont je n'avais pas voulu mettre les pieds : la salle de consultation ... Et merde !

    -Heu ... C'est que ... Je vais être en retard à mes cours.

Voila la bonne blague du jour, moi me soucier d'aller en cours ! Franchement, c'est pour dire à quel point ce type me perturber. Mais lui, il restait calme. Bon dieu que cela pouvait m'énerver quand je perdais ainsi mon calme et surtout pour un truc aussi stupide. Il ne manquerait plus que bafouille et que je devienne aussi rouge qu'une baie tomato. Et voila que maintenant il me demandait de me dessaper ainsi que mon nom. Et voila, j'étais entrée dans son trac-nard. Alors que faire ? A vrai dire, je n'avais plus vraiment le choix. Les fenêtres de cette pièce s'ouvraient à peine en plus d'être petite. Même moi j'aurais du mal à y passer. Enfin, si je pouvais, mais pas avec mon épaule dans le sac. Alors que faire ? Tout simplement capituler ...

    -Je m'appelle Sasha Clarckson ...

Que dire de plus ? Il n'y avait rien à rajouter, ou du moins pour le moment. Il allait certainement aller cherche mon dossier médical et y mettre le nez dedans. Bon dieu, j'avais un peu peur de savoir ce qu'il allait y trouver de dans. Avec toutes les chutes, les foulure et autres entorses que j'ai pu avoir dans ma vie de cirque, il allait certainement être étonné et bien sûre, je ne savais pas pourquoi, j'allais devoir lui expliquer le pourquoi du comment j'ai pu me faire tout ça en 19 ans de vie et comment j'avais réussi à me faire je ne sais trop quoi à mon épaule. Bonjour la galère.
En attendant, je fis simplement ce que m'avais demander l'infirmier : enlever le haut. Autant vous dire que cela fut assez compliqué de le faire sans se faire mal. D'ailleurs, je n'y parvins pas s'en avoir fait deux ou trois grimaces ... Je posai mon haut sur une chaise dans un coin de la salle, puis je m'installai machinalement sur ce truc ressemblant à un brancard. L'air un peu gênée, je croisai les bras, comme si cela allait cacher un peu plus ma poitrine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 19
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Dim 10 Mai - 14:02


Il avait réussi... Jasper était vraiment incorrigible sur ce sujet ! La pauvre demoiselle ne savait même plus où se mettre. Ce petit oiseau allait tout bonnement servir de proie, et sans vraiment le savoir. C'était l'art assez subtil de notre cher infirmier pervers. Bien entendu, elle avait trouvé une excuse lamentable qui faisait soupirer légèrement le blondinet. La jeune fille était prête à tout pour obtenir des comprimés et la voilà qui se dérobait ? Elle n'était peut-être pas si courageuse que cela finalement. Haussant les épaules, Jasper ignorait ses propos, laissant sa gestuelle la guider dans la pièce. Elle n'avait plus tellement le choix à présent et autant le dire clairement.

_ Ton professeur comprendra, j'en suis persuadé. Se contentait-il de répondre avant de lui donner des directives.

Jasper était relativement calme, bien qu'un sourire narquois s'était dessiné sur ses lèvres. Il se retenait d'exploser de rire en voyant le visage de sa "patiente". Bien entendu, elle pouvait se sentir pigée mais il n'allait pas non plus la séquestrer... Disons simplement qu'il comptait bien se rincer l'œil -et heureusement, sa collègue n'était pas là sinon, elle aurait immédiatement compris son petit stratagème. Son excuse ? Elle était tout à fait valable à ses yeux. Puisque la jeune fille se plaignait de douleur au niveau de son épaule, il devait bien y jeter un coup d'œil, non ?  Sur le pas-de-porte, l'infirmier attendait un nom pour qu'il puisse consulter au préalable le dossier de la demoiselle. Il ne suffisait que de quelques secondes, ce qui signifiait clairement qu'elle ne résisterait pas davantage. Parfait ! Il filait donc devant son armoire.

*Clarckson, Clarckson...* Les yeux de Jasper défilaient sur les dossiers présents assez rapidement. Ordonné, tout était rangé par ordre alphabétique et il n'avait donc pas de mal à mettre la main sur ce qu'il recherchait. Il tirait l'objet et l'ouvrait sans perdre plus de temps pour le consulter. Un autre sourire se dessinait sur son visage et il revenait dans la pièce où la demoiselle devait déjà l’attendre. Machinalement, le nez toujours dans le dossier, Jasper n’hésitait pas à faire un commentaire sur ce qu’il était en train de lire.

_ Une vraie casse-cou apparemment. Tu devrais être habituée maintenant alors ne prends pas cet air effrayé, je ne vais pas te manger. Enfin, je crois. Plaisantait-il en relevant la tête pour lui adresser un regard souriant. Bon, très bien… Je vais un peu regarder à ton épaule. Tu vas déjà effectuer ce mouvement.

L’infirmier se plaçait juste devant elle et faisait basculer son épaule en avant, puis en arrière. La fameuse Sasha avait pour simple consigne d’effectuer les mêmes gestes. Pendant ce temps, Jasper analysait, les yeux rivés sur l’épaule douloureuse de sa patiente. Ensuite, il plaçait sa main le long de son corps pour lever doucement en hauteur.

_ Là, voilà… Bon, j’ai sûrement les mains froides et je m’en excuse. Déclarait-il, toujours aussi calmement.

Il s’approchait de l’élève, se plaçant un peu sur les côtés pour effectuer lui-même les mouvements avec une main tandis que l’autre recouvrait entièrement la zone douloureuse. Il ne notait pas spécifiquement de déformation…

_ Mmh… Tout semble normal. Je vais quand même appliquer  anti-inflammatoire. Ça va traiter localement et ça évitera aussi à ton estomac de trop souffrir.

Soigneusement, Jasper déposait au bout de ses doigts la crème et entreprenait un massage à la fois rigoureux et délicat. Inutile aussi de dire qu’il profitait un peu de la situation pour se rincer l’œil… Sa réputation en prendrait un coup si ce n’était pas le cas. Et autant le dire, Sasha n’était pas non plus désagréable à observer. Je vais tout de même faire abstraction de ses pensées obscènes…*paf*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 72
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Lun 11 Mai - 19:29

Mon professeur comprendra. Il faudrait tout d’abord que j’aille le voir. A vrai dire, je ne savais même pas ce que je pouvais avoir comme cour. De plus, je n’avais aucune intention d’aller m’assoir dans une salle de cours, il n’y avait qu’à regarder mes vêtements : je ne portais pas mon uniforme. Bon, il ne fallait pas que monsieur l’infirmier me demande quoi que ce soit sur mon accoutrement, autrement j’allais être dans la merde.
Bon je n’étais pas en très bonne posture, alors il ne fallait pas que je m’enfonce encore plus. Déjà qu’il me mettait mal à l’aise. Et voila qu’en entrant avec mon dossier, ce dernier ne put s’empêcher de faire une remarque avec tout ce que j’avais eu. Bah, je suis sûre qu’il devait y avoir pire dans les dossiers qu’il conservait. Tout de même, je fis tout de même un petit sourire, un sourire qui s’élargie lors de sa seconde remarque. J’avoue que j’avais l’air un peu stupide de me cacher comme ça. Bon j’avais tout de même une excuse, ça a été toujours une femme qui s’occupait de moi. Et oui, cela peut peut-être vous surprendre, malgré le fait que je suis d’une famille nomade, on a toujours eu notre médecin attitré et c’est une femme. Donc pour faire simple, je n’avais jamais été auscultée par un homme. Bon, je n’ai pas dit que je ne m’étais jamais retrouvée en simple apparat devant la gente masculine. Mais là, ce n’était pas la même chose …

    -On ne sait jamais, peut-être que vous mangez les élèves avec de la sauce barbecue.

Oui, partir sur l’humour me faisait me détendre plus facilement. Cela cachait aussi plus facilement mon mal être. Enfin, un mal être qui commençait à se dissiper au fur et à mesure.
Mais finit de faire joue avec des blagues pas drôles : maintenant, il fallait passer aux choses sérieuses. Autrement dit, j’allais avoir bobo à l’épaule. Le blond me montra un mouvement que je devais reproduire. Ok, je le sentais mal, même très mal car je savais qu’au moindre mouvement, j’avais mal. Tout de même, je m’exécutai. Durant les premières secondes, je fis ma belle, gardant le même sourire jusqu’à ce qu’il se déforme en une grimace. C’est au moment de cette transformation que je détournai mon visage de celui dont je ne connaissais pas encore le nom, d’ailleurs. Oui, j’y pensais que maintenant. Et oui, je pensais à de drôle de choses pour me faire oublier la douleur.

    -Ho fait … Vous vous êtes pas présenté. A qui ai-je à faire ?

J’avais réussi à poser cette question entre deux grimaces que je faisais au mieux pour les cacher, même si je le savais, il se doutait bien que je devais avoir mal car je ne le regardais pas en plus de ne pas beaucoup parler. Chose étonnante chez moi car je suis une pipelette … Une fille quoi !
Et voila la seconde manche qui commençait, celle où il devait tripatouiller mon épaule endolorie. Il m’indiqua qu’il allait certainement avoir les mains froides, mais je m’en fichais pas mal. Moi ce que je voulais, c’était de ne plus avoir mal, tant pis si cela voulait dire avoir des mains froides sur le corps. Je refis en sorte qu’il ne puisse voir mon visage, de peur que je grimace de nouveau, ce que je fis, tout naturellement. Alors qu’avais-je donc docteur ? Une foulure ? Une entorse ? Rien de cassé j’espère ? Et bien rien de cela. Je n’avais même rien aux premiers abords. Ouf tant mieux. J’allais alors pouvoir vite reprendre les entrainements et ainsi ne pas perdre sur ce à quoi je travaillais. Tout de même il allait m’appliquer une crème anti-inflammatoire … Voila un truc pas con contre les brulures d’estomac. J’avoue ne jamais y avoir pensé.

    -Pas mal l’astuce de la crème, je prends note pour plus tard.

Je dis cela bien sûr sur le ton de la plaisenterie. Enfin presque. Oui, je reviendrais chiper des trucs dans le placard. Mais cette fois-ci, je m’assurerais qu’il n’y ait vraiment personne pour le faire. Et puis, si je retombais sur lui … peut-être bien que je me laisserais ausculter une seconde fois …
Bref passons ! Je m’attendais à de-nouveau avoir mal lors de l’application de la crème. Mais après le froid de cette dernière, je fus surprise de trouver son petit massage plutôt agréable. Même, il pouvait continuer pendant des heures, cela ne me dérangeait pas le moins du monde. Et tant pis s’il avait le regard pointé sur ma poitrine. Bien sûre que je l’avais vu. Mais je m’en fichais. Après tout, c’est humain de vouloir mâter. Moi la première. Combien de fois n’ai-je pas regardé le cul des mecs passant devant moi ? Alors le blâmer pour ça ? Il faudrait alors qu’il fasse de même avec moi, vu comment je l’ai presque déshabillé du regard lorsqu’il avait fait éruption devant moi un peu plus tôt.

    -Cela vous semble-t-il appétissant pour vouloir me manger monsieur l’infirmier ?

Non, je n’avais pas pu m’en empêcher et je m’en fichais pas mal si cela faisait fille aguicheuse. Et puis s’il m’avait vite cerné, il devrait comprendre que je disais cela sur un ton humoristique. Qu’il n’aille pas s’imaginer autre chose. Ou du moins, il pouvait, mais qu’il garde seulement certaines choses pour lui. Après, s’il entrait dans le même jeu que moi, cela risquait d’être assez drôle …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 19
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Jeu 14 Mai - 15:25


Jasper ne préférait pas relever sa remarque. Depuis quand on pouvait deviner que les gens aimait la sauce barbecue... ? Une drôle d'idée. De toute façon, il était déjà partie dans son raisonnement, faisant effectuer des mouvements à sa jeune patiente. Jusque là, rien d'anormal et heureusement sinon, elle aurait pu se faire hospitaliser au moindre doute. Ce n'était pas quelque chose de simple à effectuer pour elle. Car même si elle faisait tout pour se cacher et donc montrer qu'elle souffrait, l'infirmier l'avait bien constaté. Après tout, rien ne pouvait lui échapper -enfin, presque. Pour autant, il ne disait rien, ne s'inquiétant même pas. Le principal était d'arriver à faire ce qu'il lui demandait. Pendant les exercices, Sasha s'était rendue compte d'une chose : qu'elle ne connaissait même pas l'identité de son soigneur. De nouveau, de dernier souriait, jugeant que cette question était tout à fait légitime puisqu'il venait d'arriver.

_ Jasper Thompson. Ah, et inutile de m'appeler par mon nom ou "monsieur". Jasper, ça suffira.

Oui, le jeune homme n'était pas très à cheval sur ce genre de politesse. Certes, cela pouvait montrer un certain respect ou je ne sais quoi encore. Mais pour lui, c'était le rendre plus vieux qu'il ne l'était. Et puis, s'il se sentait bien avec ses élèves, c'était aussi pour cette raison. Le contact passait bien plus facilement. Et puis, attention, ce n'était pas non plus le tutoyer comme s'il était le pote de tout le monde. Là, il était totalement contre ! Et à juste titre car il faillait quand même une certaine distance avec ces enfants. Pendant qu'il réfléchissait, laissant ses yeux voguer un peu partout -et notamment en direction de la poitrine de mademoiselle Clarckson- Jasper finissait d'étaler soigneusement la crème. Une fois cette tâche effectuée, il s'éloignait afin de passer ses mains sous l'eau tout en répondant à la jeune fille vis à vis de son intérêt pour ce type de traitement.

_ Pas mal, seulement ? Moi je la trouve bien plus adapté. Donc j'ai envie de dire qu'elle beaucoup mieux plutôt que "pas mal".

Là, Jasper était frappé. Il était brillant et le reconnaitre si peu blessait son égo. Enfin, pas temps que ça non plus. C'était aussi surtout de la plaisanterie, ce qu'il faisait remarquer en riant légèrement. Le silence retombait doucement et l'infirmier ne se rendait même pas compte que son regard était encore posé là où il ne faillait pas. Et cette fois-ci, la jeune Sasha n'hésitait pas à faire un commentaire, bien plus à l'aise que tout à l'heure. L'espace d'une seconde -et je dis bien une !- les rôle s'était inversé. Jasper se sentait mal à l'aise tandis que la jeune fille le dominait. Très vite, il se ressaisissait et s'avançait dangereusement vers son interlocutrice, ses prunelles fixant les siennes sans même détourner le regard. Si elle voulait jouer à ce jeu, elle allait clairement perdre, la pauvre. Si taquin et malsain, Jasper ne pouvait que savourer ce genre de divertissement. Il était plus qu'à l'aise et très sûr de lui. A vrai dire, il avait quand même de l'expérience et savait où il mettait les pieds contrairement à certain(e). Proche, à peine un centimètre les séparait. Ses bras se plaçaient à côté d'elle, l'empêchant d'une fuite éventuelle. Sa tête se penchait ensuite en avant afin que sa bouche arrive à son oreille. Il restait quelques secondes ainsi, histoire de la faire savourer et susurrait ces mots.

_ Je pourrais dire la même chose pour toi.

Encore une seconde de silence et il se redressait totalement, attrapant en même temps le haut de la fille pour le lui poser sur les genoux. Il se tournait ensuite, lui faisant à présent dos, pour griffonner dans son dossier mais aussi écrire un mot à son médecin afin qu'il lui fournisse la crème par le biais d'une prescription médical.

_ Rhabilles-toi maintenant, lui ordonnait-il pendant qu'il écrivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 72
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Lun 18 Mai - 22:47

Jasper ... Je trouvais que ce nom faisait assez noble. Même son nom de famille me faisait le penser. Peut-être venait-il d'une grande famille riche et très respectable ? Sur le coup, je me suis posée la question. Mais au final, je me fichais pas mal de la réponse. Pour moi, cet homme en blouse blanche n'était autre qu'un infirmier, certes craquant à souhait, mais il restait que celui qui avait réussi son coup à me faire venir dans cette fichue salle et qui plus est, il m'appliquait sa crème sur mon épaule. Bon, la bonne chose dans cette histoire ce que je savais maintenant quoi utilise pour calmer mon épaule sans à avoir à souffrir de l'estomac. Il ne pouvait pas savoir à quel point je pouvais l'apprécier rien que pour cette découverte. Cela allait m'épargner dieu sait combien de mots de ventre.

    -En tout cas, si elle est si efficace que ça, je me ferais un plaisir de venir vous la piquer dans votre placard.

Oui, encore et toujours de la plaisanterie, bien que j'avoue que sur ce sujet, je devrais peut-être éviter de trop rigoler. Bon, au pire, je me referais pincer par lui. Mais là, je ne dirais pas non ...
Bref, là n'était pas la question. Non, ce qu'il se passait dans à ce moment là n'avait plus rien à voir avec la crème anti-inflammatoire, ni même avec la douleur, bien que je pouvais toujours la sentir. Mais plutôt de la réaction de monsieur face à ma petite remarque sur ses yeux baladeurs. Sauf que maintenant, sont regard était plongé dans le mien. Que faire ? Détourner les yeux ? Il en était or de question. je tiendrais le coup, même si cela voudrait dire devenir rouge magicarpe. Ce qui arriva certainement. Mais je tenus bon jusqu'à la fin. Même lorsque ses bras entravaient ma fuite que je n'avais nullement d'utiliser. Non ... Je ne sais pourquoi mais son regard m'hypnotisait. Pourtant, je ne le trouvais pas différent du miens lorsque je voulais aussi m'amuser. Peut-être était-ce pour cette raison que son regard me fascinait. Oui, cela semble un peu narcissique mais il faut bien l'être parfois.
Puis il se pencha, même dangereusement. Fallait-il que je fuis, ou du moins que j'essaye de le faire ? Peut-être que cela serait plus prudent. Sauf que je ne voulais pas l'être. Oui, je voulais jouer avec le feu pour une fois. Est-ce donc mal ? Il se penchait encore jusqu'à faire arrêter son visage juste à côté du mien, joue contre joue. Puis je sentis son souffle au niveau de mon oreille : il murmura quelque chose qui me fit devenir rouge pivoine, mais qui me fit afficher un grand sourire. Je voulais dire quelque chose à ce moment là, mais je préférai me taire. Parfois, la meilleure réponse est le silence ...
Il se redressa enfin. Moi, je ne le quittais pas des yeux. Enfin, ça c'était jusqu'à ce que je sente tomber sur mes genoux du tissu : mon haut, tout simplement. Puis une simple phrase. Non, je dirais même plus un ordre. What ! Il se fichait de moi ?! Il avait tout ça juste pour pouvoir jeter un oeil à mon épaule, et aussi à ma poitrine, pour au final ne rien faire ?! Sérieusement, vous allez me prendre pour une maso, mais j'étais déçue.

    -C'est tout ? Vous êtes sérieux ?!

Ha ... Franchise quand tu nous tiens. Vraiment, parfois je devrais à tourner ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler. Avec ce genre de réflexion, il allait me prendre pour une dévergondée. Bon ... Il n'aurait pas tout à fait tort. Mais si on pouvait éviter ce genre de préjugé à la première rencontre, ce serait pas mal.
Mais zut à la fin ! Avec ce regard, ce chuchotement, moi je m'étais attendue à plus venant de lui. Après tout, on ne dit pas que le premier pas doit venir de l'homme ? Bon, ça se faisait énormément dans mon mode de vie. Il y a même une tradition qui dit que l'homme vient enlever sa futur femme pour l'épouser en secret et ils ne reviennent ensemble qu'une semaine après pour faire crier au grand jour leur mariage. Bref je m'égare.
Je remis donc mon haut ... Non, correction, j'essayai de remettre mon haut mais cela était bien plus facile de l'enlever que de le mettre. Rien que ce matin, j'avais pris pas moins de quinze bonnes minutes pour arriver à l'enfiler. J'aurais du prendre mon chemisier de mon uniforme. Cela aurait été plus vite. Tout de même, je n'allais tout de même rester là pendant un quart d'heure à essayer de mettre ce satané tee-shirt.

    -Heu ... Est-ce que vous pouvez m'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 19
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   Sam 23 Mai - 18:49

Jasper écrivait assez lisiblement sur sa feuille mais il se stoppait d'un coup lorsque la demoiselle osait lui faire un reproche. Pour lui, il était assez étrange d'entendre ce genre de propos, comme si elle était totalement insatisfaite de ce qu'il venait de se passer. Cela ne faisait qu'énerver le jeune infirmier qui cramponnait son stylo pour se calmer. Puis, au bout de quelques secondes, il lâchait un long soupire et se tournait vers sa patiente où l'on pouvait voir dans son regard un petit air méprisant. Il la regardait de haut et bas et se contentait de lui répondre d'un ton plutôt sec.

_ Tu t'attendais à quoi ?

Le reproche de la jeune fille pouvait être compris de deux façons. Dans un sens, elle pouvait se demander pourquoi le blond n'avait pas fait plus pour son épaule. Malheureusement, en faire plus était au delà de ses compétences, ce pourquoi il écrivait un mot pour son médecin traitant. Il ne pouvait que la soulager et observer s'il y avait une anomalie. Rien de plus... C'est dans ce genre de situation qu'il ne cessait de se demander pourquoi il n'avait pas poursuit ses études pour devenir docteur. Mais c'était bien trop long pour lui et le métier infirmier le satisfaisait largement. Puis, dans un autre sens, si on se concentrait sur les gestes effectués et les paroles prononcés, cela pouvait évoquer une ambigüité. Certes, Jasper avait profité de la situation. Et ce à juste titre -enfin, pour lui. On ne pouvait pas lui reprocher de faire son travail après tout, si ? Il lui suffisait de prendre un air innocent. Alors, qu'attendait cette fille exactement ? De toute façon, il faillait aussi se rendre à l'évidence : il n'allait pas non plus bécoter avec les élèves. Quoi que... Non. Il chassait cette image de sa tête en la secouant légèrement.

C'est à cet instant que l'on pouvait ressentir un peu son mal être. Sauf qu'il se ressaisissait très vite, avant même que cette Sasha n'en profite. De toute façon, cette dernière semblait bien plus occupée qu'autre chose. En effet, alors qu'il s'intéressait de nouveau à sa patiente, Jasper constatait la difficulté qu'elle éprouvait pour enfiler son haut. Irrémédiablement, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle le faisait exprès. Demander son aide était la cerise sur le gâteau. Levant les yeux vers le plafond, l'infirmier soupirait de nouveau.

_ Et en plus, tu es une empotée.

Cinglant, il l'était. Il n'y pouvait rien, c'était son caractère et c'est aussi ce côté un peu "bad boy" qui faisait son charme. Il s'avançait donc vers elle, posant préalablement ses affaires sur la table. Il lui demandait alors de descendre, tendant une main dans sa direction pour la soutenir et l'aider. Il se plaçait ensuite devant elle, ayant plus de facilité à lui venir en aide de cette façon. Jasper accompagnait ses gestes par ses paroles quelque peu directives.

_ Déjà, tu vas mettre le bras douloureux en premier. Là, voilà. Et maintenant, tu peux glisser ton second bras sans difficulté. Super.

Il ne restait plus qu'à glisser le T-shirt le long de son corps et Jasper prenait de lui même l'initiative. C'était venu spontanément... Du moins, il avait quand même cette idée derrière la tête, celle qui lui permettait de poser ses mains sur la hanche de sa patiente. Un petit plus qu'il s'octroyait, puisque ça ne suffisait pas à la demoiselle. Et puis bon, si elle réclamait... Pourquoi ne pas pousser le vice plus loin ? Prit par ses pulsions, l'infirmier portait Sasha un peu plus loin en exerçant une légère pression sur ses mains qui étaient encore posées sur ses hanches, l'accompagnant ainsi jusqu'au le mur qui se trouvait à côté de la porte entre-ouverte. A présent prisonnière, elle ne pouvait plus espérer s'échapper : elle l'avait cherché. Subtilement, sa joue frôlait la sienne. Puis il reculait progressivement, jusqu'à ce que sa bouche se retrouve contre sa joue droite. Il avait tout le plaisir de se contact, humant l'odeur de la jeune fille. Enfin, ses lèvres se posaient sur sa victime, exerçant alors une légère pression. Cela ne durait qu'un lapse de temps, un temps qu'il avait lui même déterminer. Il se redressait ensuite, satisfait de son petit coup. Son sourire témoignait de sa satisfaction.

_ Satisfaite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Shoplifter - PV Sasha Clarckson   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shoplifter - PV Sasha Clarckson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Primepoc :: Zone RP : L'académie Primepoc :: Rez de chaussée et 1er étage-