bienvenue

Partagez | 
 

 #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 181
MessageSujet: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Mar 5 Mai - 2:36



Martyr





Ce matin, bah rien de spécial. Ah si ! Il était tombé du lit. Ouais il avait fait un rêve dans lequel il volait sur le dos d'un Drattak et pouf, il se réveille la tronche contre le sol, les jambes encerclés dans la couette et se vautre complètement face à terre. Le goût de la poussière et surtout de la honte s'était emparé de lui. Mais tout le monde dormait, et c'était une chance. Trois garçons, une fille. Il osait même pas l'approcher, sachant qu'il avait quasiment zéro chances de pouvoir faire quoi que ce soit. Seth était trop badass, Czetruc avait à la fois un nom imprononçable et un charisme de fou, et lui bah il payait pas de mine. Il était le petit gars simple à qui il arrivait tout le temps des misères. Donc sur une échelle de rien du tout à beaucoup, il était plutôt dans le rien du tout. Tant pis. Mais c'était fort dommage quand même. Il s'était recouché dans son lit et tentait de s'endormir. Mais c'était pas sans compter Täzer qui était camouflée sous le coussin et une fois sa tête posée, lui libérait une petite décharge électrique avant de rire. Lui, il avait crié. Pas pour la douleur minime, non, pour la frousse qu'il avait eu. Et il avait quitté sa chambre de manière très rapide afin que personne ne puisse le voir. Le bruit avait certainement réveillé quelqu'un, fallait pas qu'il reste dans les parages. Taz l'avait suivi.

«T'es vraiment conne quand tu t'y met ! »

Lui avait-il balancé au visage avant de s'excuser parce que, comme à son habitude, elle jouait sur les sentiments en lui faisant une bouille tout triste. A peu près comme cela.


Et ça, c'était le genre de chose qui le faisait craquer dans son petit cœur tout tendre. Alors il l'avait prise dans ses bras pour la consoler. Et là, alors qu'il ne pouvait pas la voir, cette petite peste eu un gros sourire en coin avant de l'électrocuter encore une fois. Saloperie. Il l'avait lâchée et tentait de s'enfuir pour pas subir le courroux de Zeus. Ouais c'était le petit surnom qu'il lui donnait quand elle était son bourreau. Il devait être huit heures. Pas grand chose d'ouvert. Descendant les escaliers en courant, il s'était laminé la gueule en ratant une marche et avait fait un petit roulé boulé. Forçant sur ses muscles pour se relever et fuir son bourreau, il continuait sa route avant de tomber sur un grand couloir rempli de casier. Il essayait de les ouvrir un par un afin de se cacher à l'intérieur. Et hop. Le voilà dans le casier de «allez-savoir-qui» Et hélas, un dieu c'est trop puissant pour qu'on puisse se cacher. Elle l'avait retrouvé, et utilisait des attaques éclair sur le casier. L'acier conduisait l'électricité, il avait le corps qui le picotait de partout.

Il frappait à grands coups sur la première porte qu'il avait trouvé. Ah oui, c'est toujours bon à savoir. Le majeur était en pyjama et en chaussettes. Pyjama c'est-à-dire un t-shirt un peu plus long, et un short. Et chaussettes parce qu'il avait eu froid aux pieds la nuit. Ouais, il était peut être un peu douillet. Qui sait ? Il avait remarqué que la porte était en réalité ouverte, il baissait la poignée, était rentré, avait refermé la porte derrière lui et s'était adossé à la porte pour éviter que quiconque puisse rentrer. La peur aux yeux, il ne bougeait plus. Son corps présentait quelques égratignures, rien de bien méchant. Parce que cette saloperie de volatile électrique n'y va pas méchamment, elle n'aime pas laisser de traces trop flagrantes. Mais c'est un véritable plaisir que martyriser son dresseur. Et pas que. En fait elle est comme ça avec tout le monde. Paraît que c'est une façon de s'amuser. Il croisait le regard d'une fille, cheveux argentés, regard saphir, elle était sublime. Il eut presque un coup de foudre, s'il n'y avait pas quelque chose qui grattait derrière la porte.

«S'il vous plaît, la laissez pas rentrer. C'est le diable ! »

Il s'était légèrement relevé, sa tête heurtait l'embout de la poignée, et il laissait échapper un «Aïe. » Décidément, aujourd'hui, il ferait mieux d'être sous camisole et enfermé dans une pièce dont les murs sont recouverts de mousse.
(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 169
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Mar 5 Mai - 12:36

Panic, stress and violence


Feat. Nicklas Grey


C’est fou ce que je n’avais pas envie de me lever ce matin. Ces derniers jours avaient été difficiles, et j’avais tellement la flemme de me lever. Oui, ça m’arrivait à moi, la bosseuse, la bourreau du travail. J’étais humaine après tout. Mais il fallait bien finir la semaine, et se lever. J’enfilais mes pantoufles et me trainais jusqu’à la cuisine. Elektra était déjà levée, s’amusant avec la machine à café. C’était pratique, je n’avais plus qu’à me servir. Je tapotais sur sa tête pour la remercier de son ingéniosité – même si elle ne savait pas ce qu’elle faisait – et j’allais m’asseoir sur le fauteuil, devant la télévision. A sept heures du matin, il n’y avait pas grand-chose à part des dessins-animés pas vraiment marrant, des séries pour adolescents boutonneux et des informations sur ce qu’il se passait dans le monde. Ok, la télévision… On oublie. Je finissais mon café d’une traite et je m’habillais tranquillement. J’envoyais mes PokeBalls dans mon sac avant de sortir pour aller acheter des viennoiseries. Ca m’aiderait à tenir la matinée à l’infirmerie déjà. Elektra comptait rester dans la chambre. Soit, mais qu’elle ne mette pas la pièce en pagaille !

Direction la boulangerie du coup, j’achetais toutes sortes de viennoiseries en masse pour en conserver au moins jusqu’à cet après midi. Oui, c’était mon péché mignon et alors ! Une fois de retour à l’académie, je prenais la route de ma salle de travail. D’ailleurs, il parait qu’un autre infirmier travail ici mais je ne l’ai jamais croisé encore. Peut-être qu’un jour, j’arriverai à le rencontrer. Je posais mes fesses en me resservant un café, j’avais du mal à émerger ce matin, c’était fou. Roket s’était allongé sur le lit d’auscultation pour refaire une sieste, de mon côté, du travail m’attendait. Je devais écrire un rapport sur l’état de Mandy Summers. Pour mon dossier personnel, cela m’aiderait à la pousser à s’en sortir justement. Et puis, j’entendis un vacarme pas possible à l’étage au dessus. Etait-ce les élèves ? Pourtant, il me semblait qu’il était un peu tôt pour eux. Je n’y fis pas attention et commençait à écrire sur un papier blanc. Mon stylo bougeait frénétiquement, tandis que mon autre main allait piocher un de ces délicieux croissants. J’aimais ce silence qui régnait d’un coup. C’était un peu trop calme à mon goût tout de même. En une fraction de seconde, un vacarme retentit sur la porte, me faisant alors sursauté et renversant un peu de mon café sur la feuille blanche par la même occasion. Je ne bougeais plus, la tasse toujours à mes lèvres. Un jeune homme aux cheveux rouges, même pas en uniforme venait de rentrer en fracas dans l’infirmerie. Il semblait paniqué, essoufflé. Il m’avait même demandé de ne pas laisser rentrer quelqu’un qu’il considérait comme le diable. En se relevant, sa tête heurta la poignée de métal.

Je me levais alors de ma chaise, me dirigeant vers le garçon en panique. Je tournais le loquet qui permettait de verrouiller la porte, alors que quelque chose la grattait depuis l’autre côté. Je ne comprenais rien à ce qu’il se passait. Déjà que j’avais extrêmement de mal à me réveiller…

‘Viens t’asseoir par là. Explique-moi ce qu’il t’arrive. Tu peux respirer, la porte est verrouillée. Prend ton temps’. Puis mon regard passait sur mon starter. ‘Apporte-lui un peu de café, s’il te plait.’

Le starter se levait pour céder sa place au garçon. J’avais déjà vu sa tête quelque part. Il me semble qu’il était nouveau, son dossier avait été déposé il y a quelques jours sur mon bureau. J’allais fouiner dans la paperasse pour retrouver son nom, sa maison et tous les détails qui peuvent suivre. Je ne savais pas ce qui l’avait mis dans un état pareil, mais la journée débutait bien !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 181
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Mar 5 Mai - 16:45



Devil's Here.




Elle arrêtait de gratter contre la porte. Zeus avait certainement une autre idée derrière la tête. C'était une vraie teigne, le double type vol-électrique ne pensait qu'à une chose : Faire des conneries. Et généralement, elle aimait bien électrocuter tout ce qui bouge, libérant des petites décharges qui à force, commencent à faire mal. Il aimerait bien l'enfermer quelque part mais il n'en avait pas le courage. C'était monstrueux d'enfermer son pokemon dans une cage le privant de sa liberté. Et il n'était pas aussi barbare et extrême. Non c'était un type cool. Du coup, il restait là. Et s'était relevé, la tête un peu en vrac. Début de migraine. Bah ouais, le choc était assez violent contre le sommet de son crâne. Ah quel bon à rien ! Elle l'invitait à s'asseoir. Mais en réalité il était où ? Vu la fille en face de lui, il pensait directement à une sorte de salle de cours pour le cursus mannequinat. Mais, y'avais aussi un lit bizarre. Peut être une salle pour faire acteur pornographique ? Noooon. Pas possible ça ! Pas dans une école avec des mineurs ! C'est même pas légal.

«Merci ! Au fait on est où ici ? Vous êtes mannequin ? Non parce que, en fait, j'ai pas trop envie d'un cours là-dessus, j'aime pas les photos.. »

Ses yeux se perdaient un peu partout, l'ambiance était plutôt sinistre à son goût. On dirait une salle d'auscultation, peut être un hôpital tout compte fait. Un hôpital ? Est-ce qu'elle allait lui faire une piqûre ? Bordel, il transpirait déjà à grosses gouttes. Quelque chose tapait contre la fenêtre. Le diable était de retour.


La bête était là et ricanait derrière la vitre. Elle attendait juste qu'une âme charitable là lui ouvre. Le tout en gardant sa tête de vicieuse. Il fit les gros yeux. Pitié non. Ne la faites pas rentrer ! Pensait-il tout bas. Emolga continuait à taper derrière la vitre, toujours en gardant sa tête de peste. Un Reptincel bien élevé lui avait apporté un café, qu'il s'était empressé de boire d'une traite. Il avait la gorge desséchée, et maintenant la gorge et la langue brûlée. Ouais le café était chaud. Très chaud. Trop chaud même.

«La revoilà...Regardez-moi ce faciès démoniaque. Elle travaille certainement pour le compte du Grand Giratina... C'est certain ! »
(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 169
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Mar 5 Mai - 20:57

Terror is alive


Feat. Nicklas Grey


Les grattements avaient disparus, c’était étrange. Le jeune homme semblait complètement perdu. Il me demandait même où il se trouvait exactement. Il pensait même que j’étais un mannequin. C’était sympathique mais n’avait-il pas remarqué ma… Ma blouse ? Oh non, j’avais oublié de la prendre en partant. Voilà pourquoi il n’avait pas pu deviner tout seul. Pourtant, la salle ne ressemblait pas à un studio photo. Le lit d’auscultation, le bureau métallique, l’armoire pleine de médicaments, les ustensiles médicaux… Rien ne lui avait mis la puce à l’oreille apparemment, alors aidons-le un peu.

‘Oh oui, excuse-moi. J’ai oublié de me présenter, j’ai pensé que tu avais un problème. Alexia Van Sorhen, infirmière. Et tu es dans l’infirmerie en fait.’


Le garçon suait à grosse goutte. Avait-il peur que je fasse des expériences sur lui ? Pourtant, il n’était pas là pour un problème de santé, il avait peur de… De l’Emolga ? Oui, un Pokémon volant et électrique tapotait à ma fenêtre. J’aurais bien aimé lui ouvrir, mais en voyant la tête de l’élève… J’hésitais. Il me demandait de regarder son faciès maléfique. C’est vrai que d’habitude, ces créatures étaient sympathiques et mignonnes. Et pourtant, celle-ci semblait être une vraie teigne. Ce Pokémon me rappelait un peu Elektra. Pokémon de type électrique, adorant emmerder les autres et leur faire des farces. Peut-être que c’était dans la nature des Pokémons de ce type après tout. Je tirais le rideau pour éviter d’avoir à faire au regard malicieux de cet Emolga. Je me retournais et voyais que la tasse était vide. Avait-il bu d’un coup ? Mais il était fou cet élève !

‘Tu peux m’expliquer ce qu’il se passe exactement avec ce Pokémon ? C’est le tien ? On dirait qu’il te traumatise, ce n’est pas commun.’

Je lui apportais un verre d’eau afin qu’il puisse alléger la douleur suite au café. A mon avis, il s’était bien brûlé. Ce gamin était complètement empoté, il me faisait sourire. Je suis certaine qu’il sera un de mes patients les plus fréquents. En dix minutes, il s’était blessé deux fois. Alors qu’est ce que c’était en une journée ? Je cherchais un sac de glace, histoire de faire diminuer la douleur sur sa tête et déposait un Doliprane devant lui. Ca l’aiderait certainement, et puis c’était mon rôle de soigner les maux, même si ce n’était pas ce que je préférais évidemment. J’entendais tapoter sur la fenêtre, l’Emolga ne voulait pas lâcher l’affaire. Malheureusement, je n’avais pas Elektra avec moi pour lui tenir tête. Il fallait trouver une autre solution pour qu’elle arrête de forcer l’entrée…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 181
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Mer 6 Mai - 1:36



Maladresse verbale




Ah mon pauvre. Tu passais certainement pour un gros débile. Mais vraiment ! Avoir peur d'un truc aussi ridicule, ça ne ressemblait pas aux autres élèves de l'académie. Une vraie peureuse ! Pourtant, ce starter t'en faisait voir de toutes les couleurs, surtout du jaune lorsqu'il utilisait des techniques électriques. Mais au fond, c'était encore qu'un enfant, il faisait ça pour jouer – et parce qu'il avait trouvé une proie facile. Le café, il était dégueulasse. Parce que tu l'avais bu d'une traite – hmm le bon goût amer – et du coup, tu l'avais même pas sucré. C'était effroyable tant les aromates étaient puissants. Donc, d'après de sources sûres, tu étais dans l'infirmerie, en face de l'infirmière. Ouais, cela semblait plutôt logique en fait ! Tu en avais presque été impoli de ne pas te présenter face à une si belle créature – et surtout face à une personne en fait. Par contre, tu avais rebondi sur son nom de famille. Van Sorhen. C'était connu. Ton père invitait souvent les Van Sorhen à la maison. Mais tu te devais de rester enfermé dans ta chambre. Tu étais considéré comme un idiot, un raté, qui ne devait pas faire passer la famille pour des rigolos avec ta maladresse extrême.

«Van Sorhen... Comme... Klaüs ? Euh j'veux dire, comme MR KLAÜS ? Vous êtes...Sa femme ? Vous êtes magnifique madame ! Mr Klaüs est un homme de goût, c'est sûr ! »

A la fois pour te rassurer et pour éviter de dire des conneries, tu avais libéré le fond de tes pensées. Mais avant ton petit monologue, elle t'avait demandé quelque chose. Et par politesse, tu lui avais répondu.

«Oui... C'est mon pokemon. En fait... Elle s'amuse à m'envoyer des décharges. C'est pour ça que je l'ai baptisé Täzer. Elle a un bon fond, mais elle aime bien emmerder les gens. »

Tu ne pouvais plus la voir car l'infirmière avait bloqué la visibilité en baissant les stores.

«Dîtes. Je peux reprendre une café ? »
(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 169
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Mer 6 Mai - 13:57

I'll help you, no matter what.


Feat. Nicklas Grey


Le jeune homme ne semblait pas si bien réveillé encore. En même temps, il avait bu un café d’une traite et se faisait martyriser par son Pokémon d’après ce que j’avais compris. Et puis, d’un coup j’entendis le nom de mon père. Mr. Klaüs… C’était trop d’honneur que tu lui faisais là mon petit. Mais la suite me fit cracher mon café. Je ne pu me retenir et la moitié avait fini sur le bureau. Sa femme ? C’était un affront ! Enfin… Ce n’était pas réellement sa faute. Mon père aimait bien aguicher les jeunes femmes, et mère n’en a rien à faire tant que son nom n’est pas salit en public Mais quand même, je me sentais mal à l’aise après ce qu’il venait de m’envoyer à la figure. Le paternel était quelqu’un de goût, certes. Mais jamais je n’irai vers un homme de cette classe.

‘Hum. En fait, je suis sa fille. Enfin j’étais puisque je ne leur dois plus rien. Mon nom est la seule relation que je possède encore avec cet immonde personnage.’

Oui, c’est bien de mon père dont je parlais. Je ne pouvais pas avoir du respect pour lui, c’était impossible. Le jeune homme connaissait donc ma famille, ce qui signifie qu’il est issu de la noblesse aussi. Pourtant, si maladroit… Cela m’étonne. Il ne le faisait pas exprès, ça se voyait dans sa façon d’être.

‘Mais dis moi, de quelle famille es-tu issu pour connaître la mienne ?’

Puis avant qu’il ne me donne sa réponse, il m’expliquait que Tazer – son Emolga – était sympathique mais très joueuse. S’il appelait ça : s’amuser… Le pauvre ! Il se faisait carrément maltraiter par sa souris volante. Il me faisait légèrement de la peine, si son Pokémon est capable de lui faire ça… Que se passera-t-il lorsqu’un élève un peu brute lui tombera dessus ? Il me demandait s’il pouvait reprendre du café. Je lui servis une tasse et déposait du sucre à côté, ainsi qu’un peu de lait au cas où. En attendant, je cherchais un moyen de l’aider car un Pokémon… Ca passe encore mais un jour, il tombera sur un homme ou une femme qui lui en mettra plein la tronche. Il fallait éviter ça à tout prix.

‘Mais dis moi, pourquoi tu te laisses faire par ton Emolga ? Il faut lui montrer qui est le dresseur, et qui est le dressé. Dans tous les cas, tu dois te montrer ferme sans pour autant être cruel.’

Parce qu’aujourd’hui c’était un Emolga. Mais demain, il pouvait se faire attraper et se faire amocher salement… Je ne voulais pas imaginer que ça lui arrive, il avait une tête d’ange et semblait si naïf…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 181
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Jeu 7 Mai - 3:25



Combo-connerie.




Elle avait craché son yop. Mais c'était pas un yop. C'était un café. Quoi que la consistance est peut être pareille ? Non en fait pas du tout. Passons. Elle parlait de lui comme un immonde personnage. Il pouvait pas le savoir, il était séquestré dans sa chambre quand les amis de Père venaient à la maison. Après tout ça ne le dérangeait pas. Si vous voulez, Nicklas c'est un peu comme le nabot des Lannister. On sait qu'il existe, mais on évite de le montrer aux autres à cause de sa différence singulière. L'un est un nain excentrique complètement barge, alcoolique et pervers. L'autre est un jeune, un peu à côté de ses pompes, très gentil, mais assez maladroit pour faire connerie sur connerie.

«Ah... Haha... La bourde.. » Ouais. Madame. C'était une fille. Elle avait du mal le prendre le « madame » celui-là même qui stigmatisait ton âge vieillissant. Beurk. Ce mot lui donnait un effroi, fallait qu'il rectifie la donne. «Du coup, je peux vous appeler mademoiselle ? Je tenais quand même à préciser que vous restez très belle, même si vous êtes que sa fille. » et ça faisait quoi qu'elle était que sa fille. «Enfin j'veux dire... Rien. Je crois que je vais arrêter de m'enfoncer... » oui c'était amplement mieux.

La demoiselle semblait étonnée qu'il connaisse son père. Ouais, il payait pas de mine comme ça, mais c'était un gosse de bourge. Sauf qu'il n'avait pas le comportement hautain qu'avaient certains gosses de riches. Ni l'attitude. En fait il avait rien. Sauf le nom, l'appartenance – et encore, il est renié du testament – la famille et un peu d'argent de poche quand même.

«Oh. J'ai oublié de me présenter... » une pluie s'était abattue sur lui. «Nicklas. Nicklas Grey. Enchanté mademoiselle Alexia. Je peux vous appeler mademoiselle Alexia ou vous préférez... mademoiselle. Ou juste Alexia. ? Et le problème avec Täz... C'est que... Je pourrais pas être ferme avec elle. J'y arrive pas. Je fond toujours devant ses beaux yeux. Puis bon, c'est elle le leader de notre équipe. Donc j'ai pas réellement d'ordres à lui donner. C'est plutôt l'inverse.»
(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 169
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Ven 8 Mai - 1:49

Let me show you what will happen if you keep going like this.


Feat. Nicklas Grey


Le pauvre semblait complètement perdu et il s’emmêlait les pinceaux lorsqu’il s’adressait à moi. Il souhaitait donc m’appeler mademoiselle au lieu de madame. Je préférais. Les dames étaient des femmes mariées ce qui était très loin d’être mon cas. Effectivement, je n’avais même pas d’homme dans ma vie. Oui, Liam ne comptait pas. Il n’était pas à moi, alors comment le considérer autrement qu’un fils ou un ami ? Bien sûr, ce jeune homme pouvait m’appeler mademoiselle, c’était même conseillé. Et puis il reprenait de plus belle, ne sachant plus comment s’exprimer. Le garçon aux cheveux rouges était entrain de me complimenter… A sa manière. Je souriais, je sentais comme un stress monter en lui. Avait-il peur de m’offenser ? Certes, le début de la conversation n’était pas des plus charmants mais je lui pardonnais sa maladresse. Lorsque l’on prononçait le nom de mon père, on pensait tout de suite à ses multiples conquêtes et non pas à sa fille, trop peu connue du public.

‘Mais non. Ca va aller, détends-toi. Sers-toi en café, en croissants même. Ne te gênes surtout pas !’

Il y a longtemps que l’Alexia Van Sorhen froide et méchante avait disparu. En fait, cette académie m’a appris à m’ouvrir aux autres et à les apprécier. Choses que je ne savais pas faire quand j’habitais au manoir. Il se présentait donc comme étant Nicklas Grey… Attendez. La famille Grey avait un fils ? Je n’étais même pas au courant, alors que mes parents leur rendent souvent visite. Ca alors, cela m’étonnait presque de rencontrer un descendant de cette famille noble. Il s’emmêlait à nouveaux les pinceaux, il y avait trop de mauvaise organisation en lui. C’était dingue et cela ne devait pas être simple à vivre.

‘Je ne savais pas que la famille Grey avait un fils. Pourtant, je les ai rencontrés à plusieurs reprises. Mais tu n’étais peut-être pas encore né quand j’étais en visite chez eux. C’est peut-être pour ça que je n’étais pas au courant. Et appelles-moi comme tu le sens. Alexia, mademoiselle, ou même mademoiselle Alexia. Peu m’importe, choisis ce que tu préfères !’

Et puis vint la fameuse explication sur son Pokémon. Nicklas n’avait jamais appris à montrer à son starter qui était le dresseur dans l’histoire. Et cette chenapan d’Emolga savait certainement en profiter. Le fait était que s’il se laissait marcher dessus par ce type de Pokémon, j’avais peur qu’un Racaillou aussi mesquin le mette en miette un jour. Il fallait lui faire comprendre, alors je laissais Orrgo sortir de sa PokeBall.

‘Nicklas, tu vois ce Pokémon ? Imagine qu’il ait le même caractère que ton Emolga et qu’il cherche à t’embêter… Imagine alors les dégâts qu’il pourrait te causer. Tu vois où je veux en venir ? Ne te laisses pas marcher dessus, ton Pokémon à bien plus à apprendre de toi que l’inverse, crois-moi.’

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 181
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Ven 8 Mai - 3:49



Shame on me ♪




Ah ouais. C'est vrai. Personne ne savait que le père Grey avait un fils. Normal. Il avait l'obligation de rester enfermé dans sa chambre lorsque le père recevait des invités. Puisque généralement, les invités c'était des gens triés sur le volet. Des personnes importantes. Des nobles. Des riches. Des personnes influentes. Ils ne devaient pas croiser la route de Nicklas. Il était trop dangereux pour le business Grey. Il pourrait très bien sortir une connerie, écraser le pied d'une demoiselle, ou brûler quelqu'un sans faire exprès. C'était le genre de la maison. Il était pas très doué, mais c'est comme ça qu'il était. Et fallait faire avec. Son Père lui avait même confié un jour, qu'il aurait préféré que sa femme avorte plutôt qu'avoir un gosse pareil. Bizarrement, Nicklas ne l'avait pas trop mal pris. Il avait simplement rétorqué que maintenant qu'il était là, fallait faire avec.

«Mon Père m'a toujours caché lorsque vous veniez à la maison. Mais comme on à des caméras dans la maison, j'allais toujours dans la salle de vision pour voir à quoi ressemblait les personnes que côtoyait Père. Je pouvais même suivre leur discussion.»

Puis elle rentrait dans un monologue et avait libéré un monstre titanesque. Enfin, il était plus petit que lui mais c'était une belle boule puissante. S'il roulait jusqu'à Nick, pour sûr qu'il l'écraserait. Il écoutait, avant de se cramer encore une fois avec son café, amer d'ailleurs car il avait oublié de le sucrer. Il tirait une drôle de tronche pendant qu'elle lui parlait, il s'étouffait presque. Puis, il revint à la normale. Sucrant alors son café tout en jetant des regards envieux sur les croissants. Ouais elle lui avait proposé d'en prendre s'il en voulait. Mais il voulait pas se montrer dérangeant et profiter de la nourriture d'une personne. Du coup, il se contentait de mater les provisions qu'avait cette charmante demoiselle. Il était pas trop enchanté à l'idée de devoir être ferme. Et puis de toute façon, Taz n'allait certainement pas l'écouter. Elle balançait des décharges à tout va. C'était sa façon de faire.

«J'aimerais bien Mademoiselle mais.. Je ne sais pas être ferme. En tout cas, c'est sympathique de votre part de vouloir me coacher. La plupart des gens préfèrent me laisser tomber. Dans le fond, ils ont pas tort. Je vous faire perdre du temps.» Avait-il dit en souriant. Il restait néanmoins assez optimiste. «En tout cas, votre pokemon est magnifique ! Tout autant que le sont vos yeux ! » puis là, il réfléchissait. Est-ce que ça voulait dire qu'elle avait des yeux aussi beau qu'un gros caillou ? Il fronçait les sourcils, et regardait à gauche, à droite, de manière suspicieuse l'air de dire « Attends... Est-ce que je viens de dire/faire une connerie ou pas ? » il s'en grattait même l'arrière du crâne pour se donner un peu de contenance. Le réel problème avec Nicklas, c'est qu'il dit ce qu'il pense, sans même réfléchir aux conséquences ! La phrase avait l'air de passer... Il pensait...
(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 169
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Sam 9 Mai - 3:57

Tell me you didn't see that wound.


Feat. Nicklas Grey


Le fils Grey devait rester caché lorsque ses parents invitaient des personnalités de marques à la maison. Pauvre enfant, son père était vraiment dans le même genre que le mien sauf que vu l’éducation parfaite qui m’a été donné, jamais il ne m’aurait forcé à me cacher. Cependant, maintenant je n’en avais que faire de son éducation, je l’avais brûlé et envoyé sur une autre planète. Cependant, le garçon avait accès à une salle de vidéosurveillance et pouvait voir chaque invité présent dans la maison de son père. Peut-être qu’il m’avait déjà aperçu ? Mais vu l’âge qu’il a, et le mien… J’avais un doute. Puis le garçon s’était brûlé avec son café, renversant un peu de liquide sur le bureau. Je me levais rapidement pour essuyer ce qui venait de tomber de sa tasse, et lui poussait le petit panier contenant toutes les viennoiseries possibles et inimaginables. Il ne salivait pas mais son regard bavait pour lui.

‘Prends-en. Je sais que tu en as envie, ça se voit. Ne te gênes pas avec moi.’.

Je prenais un pain au chocolat pour manger avec un énième café. Cela devait être le troisième ou quatrième de la matinée et pourtant je n’étais toujours pas assez réveillée. J’écoutais toujours Nicklas qui m’annonçait qu’il ne pouvait pas tenir tête à son Pokémon. Ou du moins être ferme avec lui. Je ne savais pas si Grolem n’était pas assez persuasif, mais je n’avais rien d’autre pour lui prouver que se faire marcher dessus par un Pokémon pouvait mener à un résultat vraiment moche… Il continuait sur le fait que j’étais sympathique de vouloir l’aider mais c’était mon devoir avant de terminer sur une note étrange. Il me disait que j’étais aussi charmante que mon Grolem. Comment devais-je prendre ça ? Dans sa tête, cela ne devait pas avoir une mauvaise connotation, et vu qu’il était un peu empoté, je ne devais pas mal le prendre.

‘Eh bien, on va dire que je remercie pour ce compliment, tu as l’air sincère en disant ceci.’

Je me levais afin d’aller chercher ma blouse, j’avais complètement oublié de la mettre et quand je me retrouvais dans cette salle, c’était comme si j’étais nue comme un Aspicot. Mais en voulait l’attraper, je trébuchais sur quelque chose qui trainait par terre, arrachant alors le rideau et découvrant alors l’Emolga, la tête écrasée contre la fenêtre. Mon T-shirt s’était à peine soulevé, découvrant à peine mon dos et la cicatrice qui y figurait. Je m’empressais de baisser mon haut, je n’avais pas envie que quelqu’un le remarque mais à en juger par le regard du jeune homme, cela semblait trop tard…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 181
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Lun 11 Mai - 0:49



Because i'm (not) lucky




Beaucoup de gens prenaient Nicklas pour un simplet, un débile léger, un type à qui il ne manque pas une case, mais tout un damier. Ce n'était pas le cas. Il oubliait juste une chose primordiale : Tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de déblatérer quelque chose. Du coup, c'était peu pratique. Ne pas se gêner ? Ouais, il pouvait taper dans le paquet donc. Mais en réalité, ça ne l'intéressait pas plus que ça. Déjà qu'il évitait d'être désagréable, tout en l'étant, il ne voulait pas piquer dans ses provisions. Il refusait, simplement, d'un geste de la tête. Peut être qu'il n'était pas très bien éduqué puisque ses parents avaient carrément coupé net son éducation. Mais. Cela n'empêchait pas le jeune homme d'être quelqu'un de poli et sympathique dans la vie de tout les jours. Plutôt froidement, elle le remerciait pour le compliment. Ouais. Ça n'avait pas trop fait mouche. L'effet n'était pas escompté. Puis bon en même temps, fallait s'y attendre. Puis, Mademoiselle eut un petit accident. Ouais, ça c'était certainement à cause de Nick. Rah. Cette aura de malchance le suivra toujours. C'est incroyable. Même les personnes qu'il côtoie très peu, ça termine toujours comme ça.

«Je suis vraiment et profondément désolé pour ce qui vient d'arriver... »

Avait-il simplement dit, tout en essayant de lui donner sa main afin qu'elle puisse se remettre droite sur ses deux pattes. Il continuait ainsi.

«J'ai oublié de vous préciser. Arceus, dans son infinie bonté, m'a offert un drôle de don. Celui d'être couvert de poisse. Bien évidemment, c'est difficile à croire pour certains. Mais généralement, ils en font très vite le constat. Je dégage une aura de malchance qui percute de plein fouet toutes les personnes avec qui je passe du temps. De mon boulanger traditionnel en passant par ce qui étaient mes amis. »

Ouais c'était vrai en plus. Un jour son boulanger s'est brûlé les deux mains en sortant du pain. Il a été en arrêt de travail quelques jours par la suite. Juste parce que le garçon à pénétré dans sa boutique. On dénombre pas moins de mille accidents là où Nicklas est passé, les siens compris. Paranoïa ? Coïncidence ? Aura de malchance ? Allez savoir. Mais ce qui était certain, c'est qu'aux côtés du jeune homme, il se passe toujours quelque chose.

«En tout cas, c'est sympathique de votre part Mademoiselle, si jamais je peux vous rendre la pareille d'une façon ou d'une autre, n'hésitez pas !»
(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 169
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Jeu 14 Mai - 0:39

Tryin' or not ?


Feat. Nicklas Grey


Il ne semblait pas se préoccuper de la blessure qui m’avait marquée le dos. A vrai dire, Nicklas ne paraissait même pas être un semblant curieux. Tant mieux, ça m’évitera de faire revenir cette douleur à la surface. Cependant, il s’excusa pour une faute qu’il n’avait pas commise. Je ne comprenais absolument pas sa réaction. Etait-ce sa faute si j’avais trébuché ? Si mon corps était affaibli ? Je ne pense pas. Et puis il m’expliqua qu’Arceus ne l’avait pas épargné depuis sa naissance. Il lui avait conféré un sortilège contenant la malchance en tout point. Sauf que je n’étais absolument pas superstitieuse, alors il pouvait raconter ce qu’il voulait, je ne penserai jamais que ce soit de sa faute si je suis tombée au sol.

‘Ne t’en fais pas, cela ne peut pas être de ta faute. Je ne crois pas au mauvais œil, alors vraiment tu n’as pas à t’excuser. Je suis juste un peu maladroite !’

C’est vrai qu’il n’y était pour rien dans l’histoire. Ma cheville avait lâchée et mon corps s’effondrait sous le poids, rien de plus. Le problème était que ce garçon pensait qu’il était la poisse incarnée. Seulement, cela ne peut pas arriver. En tout cas, c’était un réel problème s’il l’était car je ne connaissais aucune cure contre ça. A part la confiance en soi peut-être. Et l’attention. Allez savoir. Il voulait m’aider en retour, mais comment ? Je n’avais rien à recevoir d’un élève. Mon job était d’aider les autres, pas de recevoir leur aide.

‘Non merci, jeune homme. Tu es bien sympathique, j’ai quand même du mal à croire que tu portes la poisse comme on dit. Il ne faut pas penser de cette manière, crois-moi. Aie confiance en toi et tout ira mieux !’

J’essayais de lui remonter le moral, ou même de le booster un peu pour qu’il cesse d’avoir ces pensées négatives sur lui-même. Peut-être que ça pourrait l’aider à remonter la pente. Je prenais une viennoiserie avant de la porter à la bouche, tandis que l’Emolga était toujours la bouche en cœur derrière la vitre. Je la pointais du doigt avant de me tourner vers le Naméthia.

‘Je peux la laisser entrer ? Ou tu penses que c’est trop dangereux ? Dans le pire des cas, j’ai de quoi la neutraliser sans lui faire de mal.’


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Namethia
Maison Namethia
■ Messages : 181
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Dim 17 Mai - 21:03



Brand New




Au fur et à mesure que le temps passait, le jeune garçon à la douce chevelure ardente retrouvait son calme et surtout gagnait quelques points de confiance en lui. Pas énormément certes, mais ça allait mieux. Peut être que réussir à parler avec une jolie fille l'avait un tout petit peu débloqué.

«Vous êtes plutôt pied à terre mademoiselle. Très bien, qu'il en soit ainsi. Je ne vais pas vous forcer à croire le contraire. »

Ajoutait-il en souriant. Avoir confiance en soi et tout ira mieux. Ouais. Pourquoi pas. Il pouvait toujours essayer qui sait ? Mais comment avoir cette confiance en soi ? C'était peut être le plus dur à trouver. Il allait devoir se faire coacher par des gens très confiants dans la vie de tout les jours afin de se rapprocher de ce genre là. Sur papier ça à l'air si simple, mais le garçon était assez timide. Et donc, ça allait très certainement corser les choses. Quoi qu'il en soit, elle lui avait demandé s'il devait être rejoint par l'Emolga ou si celle-ci doit rester derrière la fenêtre. Et pour prouver qu'il commençait à avoir confiance en lui, il lui avait demandé d'ouvrir la fenêtre. Une chaîne de réactions à effets s'étaient par la suite déroulés. La fenêtre ouverte, il y eu un petit courant d'air. L'odeur tâtillait les narines du garçon qui avait fortement éternué. Emolga avait sursauté et lâché une décharge électrique dans la salle, par peur. Nicklas en pris une bonne partie, et le spasme provoqué par la douleur l'avait fait basculer de sa chaise. Et tout ça d'une manière plutôt rapide. Ricanant, il s'était relevé, et regardait la doctoresse et le pokemon vol d'un air rieur. Puis tout compte fait, il piochait un petit pain au chocolat dont la moitié fut offert en offrande à son pokemon – espérons que celui-ci lui lâche la grappe un peu par la même occasion.

«Dîtes, je peux vous demander un service ? Je connais pas grand monde ici, et j'ai pour sale habitude de me perdre. Vous pouvez m'emmener dans un coin où je pourrais capturer des pokemons volants? J'ai une grande passion envers ceux qui volent.»
(c) Codage by FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
■ Messages : 169
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   Mar 19 Mai - 16:47

Have some fun


Feat. Nicklas Grey


Il ne semblait pas comprendre que le malheur ne pouvait pas venir de lui. Tout était relatif, et c’était une chaine. Cause à effet, voilà le nom de cette chaine. Le garçon devait avoir vécu tellement de choses pour penser qu’il était le lien de toutes les catastrophes. Il fallait lui occuper l’esprit, et puis même s’il était habité par une entité qui laissait une aura de malheur autour de lui, je ne lui en voudrai pas. Personne ne décide ce genre de chose, même si j’ai vraiment du mal à y croire. La science est la réponse à toutes les questions ! Puis il avait accepté le fait que j’ouvre la fenêtre. Alors délicatement, je faisais remonter la poignée vers moi tout en tirant la fenêtre. Un courant d’air puissant entrain dans la pièce et le jeune Grey éternua. La créature électrique eut un sursaut et lâcha une légère tension dans l’air. Un frisson parcourait mon corps, tandis que le Naméthia se prenait une décharge pure et dure. Il ricanait, allongé sur le sol et en se relevant, sa main se posait sur les viennoiseries. Cette scène n’était pas hilarante, et pourtant, il l’avait bien pris. Peut-être les quelques Volts qui lui font tourner la tête ? Je m’inquiétais quand même, c’était risqué de se prendre une décharge pareille.

Il partageait son pain au chocolat avec son Pokémon, et me posa une question avant que j’eu le temps de lui demander comment il se sentait. Il souhaitait que je l’emmène dans un endroit avec des Pokémons de type Vol. Pourquoi pas ? D’autant plus que la journée semblait bien partie pour ne pas rester ici. Alors je me levais et lui demandais de m’attendre quelques minutes. Je me dépêchais d’aller dans ma chambre en laissant le jeune homme tout seul à l’infirmerie – en espérant ne pas le retrouver mort par la foudre à mon retour. Je prenais les PokeBalls, Roket, quelques provisions et mis le tout dans un sac. De retour à l’infirmerie, le garçon semblait toujours en bonne santé.

‘Je suis prête à t’emmener. On y va quand tu veux, la journée ne semble pas très agitée ici, t’es mon seul patient de la journée pour l’instant. Y a personne qui attend pour une visite, alors je ferme boutique ! Je te retrouve devant l’académie dans une quinzaine de minutes. Ca sera suffisant pour te préparer ? Parce que je ne pense pas que tu vas y aller dans cet accoutrement.’


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS   

Revenir en haut Aller en bas
 

#NG01 : Oppression, Tyrannie, Emolga. ▼ AVS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Primepoc :: Zone RP : L'académie Primepoc :: Rez de chaussée et 1er étage-